De Salim Bellen (UBDLA 11-20) :

Son gagne-pain dans les bras
berçant l’enfant,
une pauvre mère

Le mendiant a gagné
à la sueur de sa main
son pain de ce jour

« Mes enfants ont des lits »!
si fière la vagabonde
qui passe ses nuits sur un banc

Le recycleur d’emballages
réserva à son chien
le plus beau carton

L’insanité du monde
par-dessus la tête :
clochard couché sous un journal

Dans les embouteillages
les gamins proposent
leur misère et des bonbons

Elle charge le vent,
lance et bouclier,
la femme au parapluie

Deux chèvres à bicyclette
entre les bus à Bogota :
marchand de lait au miel

Elle court sue et tousse
derrière les bus
la vendeuse d’eau fraîche

Il chercha chez la fleuriste
une plante qui pousse vite
l’homme pressé

: Salim Bellen

(à suivre : 21-30)

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :