Haïkus, etc. de Py – décembre 2013

Haïkus, etc. de Py, décembre 2013.

°

1er décembre / ses mots doux / je fonds…

cloison de papier / où la frontière / entre haïku / et non-haïku ?

(Pour Danièle Duteil) : / Si le soir on gagne le lit, / au matin, le perd-on ?

« un seul mot : / WOOOHHAAA ! » / ( : pub. métro)

début décembre / un ours en peluche / entre rue et trottoir

sur ses roulettes / une pie / descend boire au lac // (été 2013, Jonzac)

début décembre / … / …

à terre / la tendresse / du ginkgo biloba // (début décembre – Reims)

dans une toile d’araignée / un trou / en forme de cœur

photographiant / … / …

sur le goudron noir / … / …

Ajoutant / des nuages aux nuages / l’incinérateur

la machine à pain / bippe 15 fois – premier anniversaire / de ton père décédé

si loin d’un plateau-télé / les couleurs des figurants du métro

kukaï franco-japonais / par la vitrine du bistrot / un badaud

les paumes / du maître du kukaï / maculées d’encre

ce soir, / … / …

ce matin / les mots / vapotent

ces concepts ne sont pas si concis !

S’émerveiller devant les mots, n’est-ce pas s’émerveiller devant le doigt qui montre la lune ?

Loue-t-il l’outil, s’il rutile ?

Nous ne demandons pas aux mots qu’ils soient « beaux », mais avant tout qu’ils sonnent juste !
Que la lyre rutile, peu importe, mais qu’elle soit surtout bien accordée (et qu’on la fasse « sonner juste » ! *)
* Il faut pour cela que le joueur ait une maîtrise aussi grande possible de son instrument (techniquement – et musicalement – , mais cela s’acquiert en travaillant, en jouant, de même que « c’est en lisant que l’on ** devient liseron » !

** Si l’on écrit « que l’on », c’est pour éviter les « qu’on » !

… Au filet du beau dire s’ébaudir –
S’ébaubir du beau sabir !…

À l’arrière du camion, / bâchées, / les feuilles de l’automne

Des élucubriques…

Reims – / un joggeur passe / rue de l’Écrevisse

Reims – / un joggeur pisse / rue de l’Écrevasse ( ? )

dans les roses du petit matin / un avion atterrit / – que màs ?

une petite chaussure / … / …

ouvrant fermant les cuisses / papillon(ne) nerveuse / à son portable // (SNCF, Paris-Clermont-Ferrand)

papillonnerveuse

ce pavillon, c’est une fleur !

langu / ille

l’aigu / ille

un balai cogne / dans un couloir / cloche du lundi

Quel est le son d’un balai ? / – La rambarde de l’escalier

les coups du balai / contre la rambarde de l’escalier – / les cloches du matin

Elle lève / les pans de son kimono / et s’accroupisse * / au bord de la route

( : cf ‘Hokusai aux doigts d’encre.’ de Bruno Smolarz, éd. Arléa, 2013, p.132, l. 25-27.) * : du verbe s’accroupisser (!)

un cheveu blanc … / … / …

Pégairolles de l’Escalette (au-dessus de Lodève) – paysages sauvages, désolés, ruines, magnifiques ! s’y balader !…

Dé / graiss / er // dé / glu / er // al / lég / er // le haïku lourd

un boum-boum de banlieue / dans la voiture / (au tô)t matin

huit cent mille emplois / – l’an ploie

« L’avenir du Japon dépend des ouvriers de Fukushima » ( : des Officiels, 30/12/13)

matin / le soleil / lui referme les yeux

au fond du lit / le savon de Marseille / anti-crampes

glissant / autour de la patinoire / le dernier jour de l’an

la patinoire rectangulaire – / le dernier jour de l’an

dernier crépuscule de l’année – / lissant la patinoire

le soir tombé, / la patinoire vide

dernière nuit de l’année / la patinoire grise

°°°

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :