(Ma) critique du ‘Pape Volant’ de B. Natsuishi

CRITIQUE DU PAPE VOLANT de B.N.

Ces textes ont l’apparence du haïku. Ils sont en trois lignes. Ils se conforment probablement au moule du 5/7/5 japonais.

Ce sont des petites histoires, des récits ; Or le haïku n’est pas discursif.
Ce sont des fictions, des lubies, des fantasmes intellectuels ; Or le haïku est en prise avec le réel, le concret. Il fait appel au corps, aux sens, aux sensations…
Tout y est dit ; Or le haïku suggère, laisse la place à l’imaginaire du lecteur.
Un sujet tient en permanence le rôle principal ; Or le haïku laisse la place à l’ambiguïté, même du sujet, parfois.
Ces textes sont « sérieux », écrits par quelqu’un qui se prend probablement au sérieux ; Or le haïku cultive la légèreté, l’humour, la dérision…

Ces textes ne m’apportent ni jubilation, exultation, ni bien-être ou mieux-être. Ils me sont inutiles, voire indifférents. Je les ai oubliés pratiquement aussi vite que je les ai lus.

Si, malgré tout cela, on les considère (encore) comme des « haïkus », ils ne me sont d’aucune qualité.

Mais à vous de lire, d’apprécier, de vous faire votre propre opinion, bien sûr !

D.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :