Article de Kyosuké dans Ploc ! 41

Dans son article intitulé « Le haïku est-il un moyen de séduction », de la revue « Ploc! » n° 41, Kyosuké écrit (p.28) :

« Quelques prétendus * font des haïkus déformés, en se prenant pour Santôka ou Hôsai en se servant du mot de la liberté comme un prétexte (…) Alors il n’est pas question de les prendre comme modèle. »

* veut-il dire « prétentieux » ?

S’agit-il de « se prendre pour Santôka ou Hôsai » ? Chacun a / et / chacun à sa place, non ?
… et pourquoi ne pourrait-on pas prendre l’un ou /et l’autre comme modèle ? Ils ont « dépoussiéré » le genre du haïku, justement, avec leur très grand sens de la « liberté », du « dépouillement », et de la « simplicité », ce qui serait – à mon sens – amplement suffisant pour qu’on les prenne, justement, pour modèles !

By the way,
au Festival de Haïku sis à Constantza (Roumanie) début août 2013 (du 7 au 12),
je ferai justement une présentation (assez brève) de ces deux poètes japonais du début du XXè siècle, qui ont su salutairement redonner un sang neuf au genre un peu trop compassé du haïku !

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :