Bashô – 264/1012

264 (JR) (= 258 K-C.) :

si je regarde de près
la bourse-à-pasteur fleurit
près de la barrière

Note (JR) :
Printemps 1686. On pense que ce poème se base sur un poème chinois de Cheng Hao (1032-85) que Bashô cita dans son essai « Postscriptum pour l’Essai sur la chenille burcicole » (Mimomushi no Setsu Batsu). L’idée est que si on observe d’assez près, on trouve tout ce dont on a besoin.

(Tr. K-C. :
« Observant attentivement / les fleurs de capselle, / je les vois ! »)

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :