Les 1012 haikai de Bashô – 254)

254) Reichhold. (= 248 Kemmoku-Chipot) :

(Ayant séjourné une nouvelle fois chez Tôyô, je pars maintenant pour les Provinces de l’Est)

du fond des étamines de la pivoine
une abeille sort en rampant
à regret

Note de J.R. :
Été 1685. Bashô avait séjourné chez Tôyô en 1684. La pivoine arbustive est appelée parfois « plante de la santé », ce qui est peut-être la raison pour laquelle Bashô choisit cette fleur pour faire son compliment. Bashô fait représenter son action et ses sentiments par un insecte, ce qui est une bonne technique pour éviter la référence personnelle. Le rythme est de 8/8/5. On utilise souvent cette technique du mécompte des onji, « hachô », pour marquer l’affliction. Autrement dit, l’auteur est trop triste à cause de la séparation pour observer les règles formelles.

(Traduction K-C, p.126 deBashô, seigneur ermite :
« Ayant profondément goûté
aux étamines de pivoine
l’abeille s’envole à regret ».)

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :