Les 1012 haikai de Bashô – 216-220)

°
(Au temple Kuwana Hontô)

pivoine d’hiver
les pluviers doivent être
un coucou dans la neige

(hiver 1684)

NB : Bashô résidait à une branche du temple du Nishi-Honganji à Tokyo, à la tête duquel se trouvait l’hôte de Bashô, le poète de l’école Kigin Koeki (1642-1709). Ce verset était un e salutation pour Koeki, dans un effort de louer la pivoine d’hiver.

°
(Après avoir passé de bons moments à Kuwana, je suis arrivé à Atsuta)

venant pour le plaisir
et pour pêcher le poisson-globe
faisant jusqu’à sept kilomètres

(1684)

NB : La distance de sept ri correspond à environ 2 miles et demi (4 kilomètres), mais le poème a besoin du mot « sept », parce qu’il parodie le Man’yôshû (poème n° 1740). Tous deux tournent autour de la légende d’Urashima Tarô qui alla pêcher et s’en réjouit tant qu’il ne rentra pas pendant sept jours. Le voyage de Kuwana à Atsuta se faisait en bac.

°
(Voyant un voyageur)

même un cheval
un matin de neige
est quelque chose à voir

(hiver 1684)

°
(Le propriétaire de l’auberge, Tôyô, est un poète si enthousiaste que j’ai décidé de rester chez lui un certain temps)

dans cette mer
jetant mes sandales
la pluie sur mon chapeau

(hiver 1684)

NB : Tôyô (1653-1712) était le meneur d’un groupe de renga à Atsuta, Nagoya. Quelques sommités traduisent cette strophe comme si elle impliquait Bashô jette ses vieilles sandales et son vieux chapeau dans la mer en un rituel purificateur ou simplement parce qu’ils sont vieux et usés. D’autres croient que seules ses sandales furent jetées tandis qu’il restait sous la pluie. Si l’on pense à la technique associative, Bashô pourrait dire que ses sandales et la pluie qui coule de son chapeau s’abiment dans la mer.

°

« Chanson du luth »
la nuit, de la musique de banjo
bruit de la grêle

(hiver 1684)

NB : « La chanson du Luth » était un poème composé par le poète chinois Po Chû (777-846) quand il fut exilé à la campagne avec une fonction politique moindre. Bashô peut se comparer à lui, ou dire qu’au lieu d’avoir le luxe d’écouter un luth, tout ce qu’il a c’est la grêle sur le toit.

°

(à suivre, 221-1012)

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :