Les 1012 haikai de Bashô – 152) :  » vieille mare –  »

°

furu ike ya
kawazu tobikomu
mizu no oto

vieille mare –
une grenouille saute
le bruit de l’eau

(1681-1682, printemps)

NB : Ce verset, maintenant si célèbre, fut d’abord publié dans une sélections de versets seuls dans haru no hi (Jour de printemps). Ce qui rendit ce verset intéressant, c’est que, jusqu’à Bashô, la poésie mentionnait les grenouilles pour leur coassement, mais jamais pour leur saut. Selon le commentaire de Shikô, Bashô pensa d’abord au rythme de 7-5 unités sonores : « une grenouille saute dans / le bruit de l’eau » (kawazu tobikomu / mizu no oto). Puis il essaya de penser à un bon rythme de 5 unités sonores pour la première ligne. Kikaku proposa « yamabuki ya » (rose jaune japonaise -). Bashô répondit que yamabuki serait élégant, mais trop voyant. Il dit qu’il faudrait employer furu ike ya, pour sa simplicité et sa vérité.

°

(Traduction Kemmoku-Chipot :
 » Vieil étang / une rainette y plongeant, / chuchotis de l’eau ».)

°

(à suivre : 153-1012)

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :