Les 1012 haikai de Bashô – 71-75

haut du mont Hiei
quelqu’un a tracé la lettre shi
avec du brouillard

(printemps 1677)

NB : Le mont Hiei mesure 848 m de haut. Le caractère shi ressemble à un hameçon avec un long « manche » droit. La base supposée du poème est que les moines du temple d’Hiei demandèrent au prêtre Zen Ikkyu (1394-1481) d’écrire quelque chose de très grand. Il fit dérouler une bande de papier s’étendant du temple jusqu’au pied du mont. Le prêtre courut le long de la bande de papier en traînant un pinceau. La longue ligne qui en résultat était le symbole du chiffre « un ». Ce qui illustre l’unité de tout ce qui existe, la chose la plus grande soit. Le verset de Bashô ajoute un « crochet » à l’histoire.

°
(chat amoureux)

la femelle d’un chat
visita bien souvent
les ruines du four

(printemps 1677)

NB : Les Contes d’Ise contiennent l’histoire d’un homme qui venait voir une femme en se glissant à travers la fissure du mur de terre de son jardin. La chatte de Bashô reçoit ses visiteurs dans une fissure où le four s’est écroulé. Le poème suggère aussi que la chatte est visitée aussi souvent que le four.

°

(Le festival des poupées a lieu le 3 mars, quand la marée est au plus bas.)

le Palais du Dragon
avec la marée basse d’aujourd’hui
aère tout au soleil

(printemps 1677)

NB : Le Palais du Dragon était un lieu sous-marin dans le conte Urashima Tarô. Doyô sont les jours les plus chauds de l’été. Il était habituel de profiter de ce temps pour sécher vêtements et livres en les aérant au soleil. La marée basse expose des parties de la mer qui ont l’air d’avoir besoin de sécher au soleil.

°

Sans attendre
le coucou, il est venu,
vendant ses légumes

(été 1677)

NB : L’histoire littéraire du Japon contient maint poème sur le thème de l’attente en vain du coucou. Attendant le premier chant du coucou, Bashô, à la place, entend l’appel du marchand de légumes colportant sa marchandise.

°

demain les boulettes de riz
seront seulement des feuilles mortes des roseaux de Naniwa
avec un rêve

(été 1677)

NB : Les boulettes de riz (chimaki) étaient enroulées dans des feuilles de roseau et passées à la vapeur. Les feuilles étaient pelées et jetées. Les boulettes sont le plat habituel servi le Jour des Garçons, le cinquième jour du cinquième mois. Les feuilles pointues des roseaux sont semblables à de petites épées. La baie de Naniwa (« vagues rapides ») était célèbre pour ses grands marais de roseaux.

°

(à suivre : 76-1012)

Publicités

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :