« Windows » (6) – Hôsai par S. Wolfe

La poésie de Hôsai : Folie ou Mythe ?

A quelqu’un pour qui la sorte de vie que mena Hosaï n’est pas familière, sa poésie peut sembler en effet étrange. C’est une poésie qui se soucie peu des mots. L’emphase se porte plutôt sur l’expérience. Avant de venir au Japon, j’avais souvent entendu des histoires de moines Zen devenant soudain éveillés, atteignant le « satori », grâce à des événements semblables au bruit de pierres glissant dans une mare. Ce que je ne réalisais pas c’est que, avant ce satori, le moine avait pratiqué la méditation pendant quelque chose comme vingt-sept années. Pour moi, la poésie de Hôsai a cette sorte d’aura. Je ressens les expériences d’un homme qui a fait un sérieux « shugyô », entraînement spirituel ascétique, qui se manifeste dans sa poésie. En dépit de sa brièveté et de sa simplicité, « kanso », il y a souvent une pénétration au coeur des choses. La langue de Hôsai n’est pas littéraire, mais celle de la vie de tous les jours, « kôgo », qui peut paraître d’abord ordinaire. Si on se penche sur les centaines de poèmes que Hôsai écrivit, on est souvent frappé par une qualité mythique. Quand une prostituée regarde un enfant attraper des grenouilles, on sent une confrontation entre l’innocence et l’expérience. Quand Hôsai nettoie une pierre tombale puis s’évente, le lecteur ressent les cycles de la vie et de la mort. Des images de fenêtres, de portes, de tiroirs vides et d’ombres semblent contenir des attributs mythiques de la condition humaine. Souvent, dans la poésie de Hôsai, l’image est le message. Une des tâches du poète est d’extraire les images significatrices de notre environnement. Hosai avait ce don.
J’espère que ces traductions font passer un peu de la profondeur qui se trouve sous la surface de la vision de Hôsai. Si certains des poèmes ont un air de folie ou de nonsense, c’est la faute du traducteur. Si une épiphanie occasionnelle transparaît, elle est l’expression de la quête spirituelle de Hôsai

Stephen Wolfe, Kyoto, 11/2/1977.

°

(à suivre : Windows : haïkus de Ozaki Hôsai)

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :