Agota Kristof… et le haïku ?

L’écrivain suisse d’origine hongroise Agota Kristof a disparu le 27 juillet dernier. D’une coupure de presse française j’extrais ces quelques passages :

(à propos de son premier roman Le Grand cahier, publié en 1986 :)

« Cette fable cruelle et étrange dessine aussi une forme d’art poétique d’Agota Kristof, très proche de celui des jumeaux (Lucas et Claus) quand ils décident […] de bannir les verbes comme « aimer » : « Les mots qui définissent les sentiments sont très vagues; il vaut mieux éviter leur emploi et s’en tenir à la description des objets, des êtres humains et de soi-même, c’est-à-dire à la description fidèle des faits. »

« Ce premier roman, constitué de phrases étiques, d’un dénuement extrême » […]

R.L.

°

NB : j’ai mis en gras ce qui me semble aussi pouvoir constituer une (est-)éthique du haïku !…
D.P.

Publicités

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :