L’Essence du haïku 2) par Bruce Ross

(Cet article est paru dans la revue de haïku nord-américaine : Modern Haiku 38,8.)

°

« Dans ces choses [de la nature] il y a une signification profonde,
mais si nous essayons de l’exprimer, nous oublions les mots. » Toenmei

I La Métaphore Absolue

Le haïku est après tout une sorte de poésie, dérivée de la première strophe du poème écrit à plusieurs, le renga, puis du tanka (appelé, à l’origine, waka), qui, chacun, a une prosodie syllabique d’alternativement 5 et 7 unités sonores.
Comme dans tout poème, le haïku emploie des images, une contenu affectif, des valeurs sonores, un langage figuratif, etc. Les formes poétiques japonaises sont normalement courtes; de fait, le haïku est la forme de poésie la plus courte au monde : 17 unités sonores réparties en une structure de 5 + 7 + 5, pour le haïku traditionnel. Les mêmes structures sonores se trouvent dans les tanka et les renga, reflétant les longueurs de lignes des poésies chinoises et le phrasé des chansons (et autres poésies) de la culture japonaise ancienne. Le japonais est une langue non rythmée et le haïku repose sur les onomatopées et, peut-être, sur la valeur des voyelles de chaque unité sonore, mais pas sur la rime. Les cadences de 5 et 7 unités sonores qui se perpétuent deopuis des siècles dans ces formes po&étiques aident également au maintien d’une sorte de rythme.
L’imagerie du haïku et son contenu affectif sont uniques. Le haïku traditionnel comporte un kigo, ou mot de saison, ou un kidai, c’est-à-dire un sujet de saison, qui inclut des événements humains réccurents en rapport avec les cycles naturels, tels que la récolte du riz. Presque toujours, le haïku traditionnel renferme une image concrète tirée de la nature « non-humaine ». On peut donc définir le haïku comme étant un sentiment humain en rapport avec la nature. Une telle imagerie naturelle a été recensée dans des almanachs poétiques appelés saijiki. L’attrait de la beauté de la nature et du contenu affectif pour une culture dont la religion d’origine, le Shintoîsme, contient une sorte de culte de la nature, et dont le statut agraire, dès les temps les plus anciens, demandait un contact cyclique constant avec cette nature, n’est pas une surprise. La beauté naturelle et le sentiment qui y correspond, que la culture japonaise célèbre, est, de la même manière, une clé de voûte des poèmes lyriques ailleurs dans le monde.
Dans le haïku cette imagerie et ce sentiment sont concrétisés avec un simple minimum suggestif.
Le haïku japonais traditionnel contient occasionnellement un langage figuratif tel que l’exagération, la comparaison et la métaphoré utilisées dans la poésie lyrique différente. Mais de tels outils ont tendance à surcharger un poème aussi petit, aux dépends des valeurs d’économie, de résonnance et de mystère constitutifs du haïku. De plus, les kigo et kidai, avec leurs associations saisonnières enrobent le haïku dans une allégorie qui universalise le monde naturel avec ses cycles.
On peut considérer le haïku comme établissant une relation du particulier à l’universel. Tandis que la plupart des poésies dépendent de la métaphore, avec la force affective de la comparaison imaginative pour en déterminer le succès, le haïku, dans sa particularité, se construit sur une « métaphore absolue » du particulier et de l’universel naturels. La comparaison interne du haïku traditionnel est souvent gouvernée par le kireji, une des particules japonaises qui agit non différemment de la ponctuation en anglais pour faire ressortir le contenu affectif d’une partie du haïku ou sa relation avec la deuxième partie et qui souligne la métaphore absolue. La 1ère ligne, par ex., peut se rapporter au temps, et les 2è et 3è peuvent offrir l’image dans la nature d’un objet ou d’un être particulier. Ensemble, la métaphore absolue et le kireji provoquent une étincelle affective qui unit l’universel au particulier.
Un haïku de la slovène Alenka Zorman montre la métaphore absolue :
Fête de l’Indépendance.
Dans le vent chaud mon foulard
touche un étranger.

Une qualité existentielle se trouve, à l’évidence, dans ce haïku qui foisonne de libération, d’humanité et de joie. Le mot de fête marque un événement historique de liberté que maint pays célèbre. Le vent est, à juste titre, réconfortant. Ce vent donne un exemple naturel de ce que la poète américain T.S. Eliot dénommait une corrélation objective, une image poétique tirée du monde réel qui représente, ou métaphoriquement se connecte avec une émotion intérieure. Dans le haïku, la connexion est généralement construite de manière imaginative. Un sens de synchronicité ou d’une connexion déterminée moins évidemment y est présent. Cette métaphore absolue veut que le foulard de l’auteure soulevé par le vent aille toucher une autre personne, parfaitement étrangère. Ce vent permet à un moment de célébration partagée de devenir un moment d’humanité partégée, à travers une imagerie évocatrice, concrète. L’auteur et l’étranger s’unissent. Mais peut-être que Toenmei a raison. Quelque chose de mystérieux se produit dans ce haïku, qui ne peut pas être réellement exprimé par des mots, mais qui peut être ressenti à travers les mots.

(à suivre : II) Le Particulier.)

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :