Poèmes de mort japonais – BOK – BUS

°
BOKUKEI (Nakajima Saburosuka)
(meurt le 16è jour du 5è mois de 1869)

coucou, moi aussi
je chante, crachant du sang
mes pensées bienveillantes

Le coucou a une gueule ruge, et à cause de cela, ou peut-être à cause de son cri rauque, un proverbe dit que « quand le coucou chante, son sang coule. »

°
BOKUSUI
(meurt le 29 novembre 1914, à 40 ans)

Un monde qui s’en va –
La neige qui fond
n’a pas d’odeur

°
BUFU
(meurt le 24è jour du 7è mois de 1792)

Ô, peu m’importe
où les nuages d’automne
dérivent !

°

BUNZAN
(meurt le 14è jour du 1er mois de 1787)

j’ai traverseé de l’année dernière
à la nouvelle –
aujourd’hui est la limite

°
BUSON
(meurt le 25è jour du 12è mois de 1783, à 68 ans)

ces derniers temps
les nuits s’achèvent
dans une blancheur de fleurs de prunier

On dit que, environ un mois avant sa mort, Buson alla ramasser des champignons dans les collines et qu’à son retour il tomba malade. Le 24è jour du 12è mois, veille de sa mort, il appela son disciple Gekkei, lui donna un pinceau et lui demanda d’inscrire trois poèmes. L’image d’un rossignol apparaît dans les deux premiers, et dans le troisième, celle d’un prunier. Ces deux images sont associées à la fin de l’hiver et au début du printemps.

°
(à suivre…)

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :