Poèmes de mort des moines zen – Gudo Toshoku

°

Gudo Toshoku
(mort le 8è jour du 10è mois de 1661, à 85 ans)

Dès l’âge de huit ans, Gudo fut élevé dans un monastère zen. À 19 ans il quitta le monastère pour parcourir le Japon en tous sens à la recherche de la vérité. Il écrivit plus tard ceci, à ce propos : « Je ris de moi-même. Après 10 ans de voyages et de pèlerinages me voici cognant aux portes du zen, mon bâton fendu et mon habit déchiré. L’enseignement du Bouddha est fondamentalement simple : Si vous avez faim, mangez du riz; si vous avez soif, buvez du thé; quand il fait froid, enveloppez-vous d’une couverture. »
Gudo devint un personnage central dans le monde du zen de son temps. On l’honora du titre le plus illustre venant des autorités séculières : « Kokushi », « Enseignant de la nation », titre généralement réservé au tuteur zen de l’empereur. À plus de 80 ans, il parcourait toujours le Japon, surveillant la maintenance des temples, et parlant aux croyants.
On dit qu’à 82 ans il fut invité par le père de l’empereur pour parler devant lui. À mi-entretien Gudo s’assoupit, s’allongea par terre, et commença à ronfler fortement. Le père de l’empereur resta calmement assis, regardant le visage âgé de Gudo et attendant qu’il se réveille.
Le jour de sa mort, Gudo écrivit : « J’ai terminé ma tâche. C’est maintenant à mes disciples d’oeuvrer pour l’humanité. » Puis il posa son pinceau, bâilla à voix haute, et mourut.

°

Étiquettes : , ,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :