Boucherville (QC) 3) juillet 10 – Py

69)

un coq
six grues

70)

le ciel gris –
il prend son cachet

71)

sur le fil électrique
un écureuil passe
– coupure

72)

dans le haïku,
on évite la rimette !

73)

 » grand parleux
petit faiseux !  »

74)

un oiseau
passe en poussant
son chant
devant

75)

sur la ligne électrique
deux oiseaux en amour
– coupure

76)

rayon de soleil –
l’accodéon à une corde
de l’araignée

/

un rayon d’araignée…

77)

mère, à 90 ans
me souhaite
bon anniversaire –
elle dit :
je me souviens
de toutes mes naissances

78)

l’odeur du chien
tourne dans le couloir

79)

fatigue –
l’ombre des arbres
passe sur ses yeux

/

fatigue –
les feuilles des arbres
sur ses yeux

80) Deux haïkus papaux :

a)

Ô, pédophilie
chérie ! de pape en pape
si bien couverte !

b)

 » pine  » et  » bite  » et  » gosse  »
égal un  » haïku papal  »
franco-québécois

81)

sur le pont
de l’étang aux carpes,
une Japonaise
en parapluie

82)

le haïku,
dans son plus simple appareil…

N’en déplaise aux gendarmes du haïku (francophone) :
moins de mots,
plus d’effet(s) !

83)

14 juillet
les feux d’artifice
de leurs rires

(à Micheline, Janick, Diane, Anne-Marie)

July 14th
the fireworks
of their laughs

84)

Ils ne vont pas
au zoo, non,
ils vont au Nô !

85)

au tout petit matin
ouvrir les fenêtres
pour accueillir
les chants d’oiseaux

/

nouvelles du petit jour :
ouvrir la fenêtre
aux oiseaux

/

il reçoit
son courrier
par la fenêtre
de l’aube

85)

matin noir
sous la dernière étoile
le premier chant d’oiseau

86)

un oiseau tape
à la porte du jour

87)

dans le bec
de l’oiseau
mes mots

/

du bec
de l’oiseau
mes mots

88)

trois vers
(courts)
(balancés)
pour voguer
vers le large
du haïku

89)

dès que je conjugue, je sors
du haïku

90)

il se rendort
bercé par la voix de l’oiseau
matutinal

91)

elle est trop longue
à supporter,
toute cette
éternité

92)

(petite histoire) :

Après avoir tout essayé
pour nous séparer,

ils ont tenté
de nous  » marier  » !

Sachez :

anna et moi
formons un
haïcouple !

93)

du panier (rond)
du chat
une patte
déborde

94)

dans l’autre toilette
(du bas) de la maison
mes couilles aussi
prennent
l’eau

95)

dis-moi
penses-tu faire froid
au fond de la lune
?

96)

Il se pince
de littérature,
ce crabe…

97)

(L.M.)

leurs premiers adieux :
deux oiseaux
qui se gênent
des ailes…

98)

B
comme
O

/

à
bec
homo ?

99)

mon fils fait ses études de gauche !

100)

dans les toilettes
en haut
en bas
mes couilles
touchent l’o

101)

souliers haïclous

/

je planche
sur les haïclous !

102)

(juste) le souffle
de sa narine
émeut la page
de son carnet

103)

haïcourbe
haïfourbe (ex : le haïku papal)
haïtourbe
=
haïterre

104)

une fourmi vient
traverser une page
des haïkus
de Yamaguchi Seishi (1901- )
et s’en retourne

105)

il met de l’eau
dans son haïvin,
l’homme aux vestes si aisément réversibles !…

106)

peu à peu
nous montons les pentes
du Fuji – haïku –

Ne soyons pas pressés,
nous arriverons
jusqu’où nous pourrons,

fourmis, grenouilles, and the likes !

104 b)

accompagnant
ma lecture de
Yamaguchi Seishi,
une fourmi

107

frottant un sein sur mon bras se retire

pushing a breast against my arm withdraws

frottant la pomme de son sein contre mon bras – pas faim

108)

un nuage blanc
avance son ventre
sur le fil électrique –

deux insectes
s’entretuent
sur la table

109)

aiguilles noires
nuit blanche

110)

une fourmi
traverse mon pied
– sieste à mi-juillet

111)

j’ai l’impression que je ronfle
nuage blanc sur l’après-midi

112)

sueur sur l’aile du nez –
l’eau de la piscine…

113)

ne publier qu’excellent

114)

retenir les mots –
: ne faire émerger
que les sommets

115)

Etre :
Exemplaire (:?).

116)

not pretending –
la glace me renvoie
la fenêtre

117)

se raser
pour le vernissage ?

118)

le clignotant de la voiture
rythme
un menuet de Mozart

119)

canicule –
dans la poubelle
un ventilateur

120)

oisif :
compter
les feuilles
de l’arbre

121)

(Humeur :)

Ils mettent n’importe quoi dans un moule-haïku,
et le baptisent haïku !

Le danger de 5/7/5 :
prendre le moule pour le gâteau

122)

la marguerite
se laisse daisy-rer ;

jeune matin
un corbeau
chante

123)

pesante,
silencieuse,
la cloche d’Hiroshima *

* cloche offerte par la ville d’Hiroshima à celle de Montréal. (Pavillon japonais, jardin botanique de Montréal, le 14/7/10)

…/…

Étiquettes : ,

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :