« Haïku » par anna

sur son blog haiku-nomade
http://haiku-nomade.over-blog.com/
anna vient de poster cet article :

°°

Mardi 18 mai 2010 2 18 /05 /2010 08:15
haïku

 » désolant, affligeant, déconcertant, de voir ce que devient le haïku en France. Bashô, Issa, Santôka, Buson, Shiki… tous ces hommes à qui on doit ce fragment d’écriture, ne comprendraient pas ce fouillis informe produit et servi à toutes les sauces, qui en résulte aujourd’hui… Même les radios de merde hurlent entre deux réclames des définitions consternantes sur le haïku… On galvaude, on englobe, on accepte tous les écrits, on ne porte plus de critiques pertinentes… pour les simples raisons que plus personne ne fait la différence entre poésie et haïku et que le haïku se vend au plus offrant… pour la simple raison aussi que les éditeurs de recueils et de revues ne sont pas vigilants, glanent n’importe quoi pour pouvoir alimenter leurs bourses et leur ego. Les revues sont ennuyeuses au point que nous n’en lisons plus que les titres et encore… Il ne s’y passe rien de nouveau… bien au contraire… on rabâche toujours les mêmes choses avec les mêmes personnes… et lorsqu’elles vont à la pêche d’écrits, puisqu’il faut tout de même avoir un peu de poissons à mettre dans le filet … elles prennent à coup de flatteries et de bonnes manières, tout ce qui s’y piège…

je sais, ce que j’écris là ne plaît pas, mais comme plaire reste le dernier de mes soucis, je peux me permettre de dire tout haut ce que bon nombre pense trop bas, par peur d’être déconsidérés par les prétendants au trône du haïku en France… quelle farce… quel appauvrissement !!!

j’avoue qu’à part me déconcerter, je déplore surtout, une absence de bons écrits… On ne les trouve bien que trop rarement… ils sont pourtant là, discrets, libres, et riches en images… en expérience et en dépouillement… Aucune revue n’en parle… jamais… toutes se sclérosent sur un ronronnement de salon… oubliant qu’un bon haïku n’a pas forcément un auteur, mais qu’il peut être aussi une pensée collective simplement syncrétisée.

les bons haïku, ne sont pas dans les recueils de haïku, ils sont ailleurs… partout où l’homme découvre qu’il peut nommer ce qu’il voit… partout où la nécessité et l’urgence d’écrire brièvement se fait ressentir… partout où se trouve un support capable de le recevoir… partout où l’individu vit son histoire

les Japonais et les Anglophones se moquent bien souvent de nous… et ils ont raison…

tant que nous ne ferons pas un tri digne de ce nom, tant qu’il existera des concours et « des foires  » aux haïku avec des prix à tirer, pour attirer le chaland… tant que le haïku se pèsera en nombre de syllabes et de promotions… il s’engluera dans une fatuité suicidaire…  »

anna.

°°

Cet article ne me paraît que trop pertinent. J’y souscris entièrement !

daniel.

°°

Étiquettes : ,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :