Kyôkas, kyôkus, Kyôbuns (2)

Kyôkas kyôkus kyôbuns .

*

mouvement mo-
derne (cent ans déjà) de
l’à-l’ouest-haïku

*

le kyosaku °
d’un kyôku°° pour éveiller
les haïjins endormis !

° bâton dont le maître zen se sert pour « réveiller » le disciple qui s’assoupit pendant zazen

°° « poème fou » qui peut traiter (comme ici) de l’écriture du haïku.

(5/1/006)

**

‘Hishiryo’ = pensée sans pensées.

*

(Mes) Règles D’Écriture Du Haïku
sous forme de kyôku(s))

RÈGLE N° 1 :

Évitez dans votre
haïku le possible échange
d’un mot par un autre.

N° 2 b) :

Essayez qu’en li-
sant votre haïku, on se
dise : Mais c’est, bien sûr !

2 c)

= Demandez-vous quel

intérêt a le lecteur
à lire votre -ku

/est l’intérêt du lecteur
qui lit votre -ku

2 c)1

ce haïku que s’é-
crit le poète « moderne » ,
qui concerne-t-il ?

N° 4:

a) :

Évitez de far-
cir votre haïku de fa-
tras poétique

(ce qui risque d’en faire : un fatraïku !)

b) :

Évitez de far-
cir votre haïku de fal-
balas poétiques

(ce qui risque d’en faire : un falbalalaïku !)

c) :

Évidez plutôt
votre haïku de tous les
mots qui l’encombrent

d) :

Videz la vessie
du haïku le plus souvent
possible

e) :

Allumez la lan-
terne de votre compré-
hension du haïku

d)1 +e)1

En haïku vaut-il
mieux se mettre le doigt dans
l’oeil ou dans la lune ?

MRDEDH RÈGLE N° 5

Faites en sorte
d’éclairer. Pas d’aveugler.
Ni d’ampouler.

**

KYÔKUS, KYÔKAS et autres (du jour) :

Du haïku n’ont-ils
gardé que l’enveloppe ?
coquille vidée …

°

ce haïku « relooké » :
5/7/5, mot-clef
et quoi d’autre ?

°

le mot-clef
tourne-t-il
à vide
dans la forme 5/7/5 ?

°

haïku « moderne » =
coquillaïku ?

°

(Kyôka-érotique ? :)

ses seins sans rien
qu’un top dessus –
Laisser deviner
au lecteur
ses haïcous

°

le haïku moribond –
réinjectez-lui, par pitié,
un peu de son sens °

° premier, vital, originel !

°

C’est à la source
que jaillit l’eau

du haïku itou !

°

De ce haïku recuit
me reste un goût de cendres …

°

– Manger de ce haï(re)kuit ?
– brûlé !

°

Qu’ouvre le mot-clé
dans cet appartement apparem-
ment vidé ?

°

Quelle est la demeure du haïku ?

°

sur le sol du haïku
vidéserté
un mot-clé

°

Haïku BHV : 5/7/5 et mots-clés

°

Au rayon haïku
des mots-clés
pour serrure 5/7/5 ?

°°

POURSUIVONS LES RÉFORMES :

Ne léchons plus la bave du 5/7/5 !

Ne léchons plus les mots-clés !

°°

Ces reliques
du haïku :
5/7/5
mot-clé,
Vénérerons-nous encore ?

°°

Que reste-t-il de nos amours ?
5/7/5
mot-clé
?
:
pas bandant !

°°

En sommes-nous à l’ère
du haïku gonflable ?

souffler dans le mot-clé
jusqu’à obtenir un 5/7/5 ?

(12/7/06)

*

sous la lune le
haïjin tend sa plume au lec-
teur d’écrire un mot

(20/1/08)

*

Plouf
L’ondulation
traverse l’étang
diminuendo

*

(31/12/005) :

90 – 60 – 90
5 – 7 – 5
haïku – canon

*

un kyôku ? :

joli petit haïkul
qui passe dans la rue
: il en manque cinq !

*

(31/12/005 :)

Le haïku applique
(à la lettre près) ce principe :
 » Ne juge pas  »

Le senryû, lui,
s’en tape !

*

si mon haïku fait
5/7/5 tant mieux

si mon haïku ne fait pas
5/7/5 tant mieux

*

ce n’est pas le 5/7/5
qui fait le haïku

c’est l’esprit-haïku
qui fait – parfois –
5/7/5

*

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le 5/7/5 est une convention (japonaise)
ni nécessaire en / à l’ occident
ni suffisante
pour faire un haïku

(2/3/06)

*

« mon » kyôku est un poème fou (= son étymologie « kyô », je suppose !) équivalent d’un haïkaï ou d’un senryû, mais qui traite de l’écriture du haïku (de ses techniques, philosophies, enfin tout ce qui touche à son écriture). Il peut être « sérieux », mais je le fais volontiers, personnellement : sarcastique, critique, …(donc, plus « senryû ») . Il peut être incorporé à une pièce plus vaste en prose « folle » le « kyôbun », équivalent du « haibun » bien connu, qui, généralement a trait au même sujet : l’écriture du haïku (sa critique, etc.)

l’escargot des ar
rondissements parisiens
: haïku calibré

(25/7/06)

**

Inroducing KYÔBUN and KYÔKU :

(…) a few examples of ‘kyôku’ (= a ‘really mad’ haiku – or rather senryu – about haiku writing) :

« Modern » ? :
from haiku
they lick
the feet !

laying down their dreams
on the paper’s couch :
psychoanalaiku !

if you need
to explain your haiku
you missed it

(after L.Supova, on haiku-fr’s list, 2006).

a good haijin IS haiku
a bad one MAKES haiku

‘my heart’ , ‘myself’,
‘my memories’, ‘my dreams’… : worn out
themes = romantic haiku !

*

Guillevic tells us :
each poem
creates its form.

(: after Guillevic’s Art Poétique, Gallimard Ed. 1989, p. 125)

*

And now, if you so wish, try also, and … have fun !

**

 » sac-à-couilles !
vidé mon saccaïku  » ,
dirait Saïkaku ?

(24/7/06)

*

(Kyôkus (?) :)

1)
Ne léchons plus la bave du 5/7/5 japonais !

2)

5/7/5, coquille caduque

3)

Fauzaïkus, fuyez !

*

l’extrême-urbain
réclame d’urgence
un retour aux sources
naturelles

( : d’où le haïku ! / ? )

28/7/06

*

(25/7/06 :)

ressasser sans cesse
en sa bouche ses mots
pour polir le poème

*

(27/6/06)

se vider l’esprit
se vider la tête
se ressourcer

*

soignons-nous, soignons
l’humanité avec des
haïkus NATURELS !

*

Se vider les yeux
se vider les oreilles
– petits oiseaux

(14-16/7/06)

*
métro-philo-kyôku du jour :

serons-nous tous ain-
si entassés dans la mort ?
l’alouette, le crapaud,

(30/6/06)

**

Le haïku, n’est-ce
ce point G de l’
 » étanGrenouille  » ?

(28/9 – 2/10/06)

*

coquille clavier :
en place d’éphémère
taper éphépère

(26-9/3-10-06)

*

en trois lignes
prendre le temps
de ne pas dire

(5/9/6)

*

à vue de nez,
pas zen (?)

**

Panse au soleil
la chatte

: c’est Loulou, dans la chambre d’Elsa qui revient ce soir de 5 jours de classe de mer en Bretagne-Sud, avec ses petits copains de sa classe de CP –
ce qui me tire vers ces mots, à propos du chapitre de Shuichi Kato sur Bashô (dans Histoire de la littérature japonaise – Tome 2, page 126 – Éd. Fayard, 1986) :
 » … Produire un haïku « de vos propres pensées » signifie l’écrire non pas à partir d’une expérience directe mais le créer sciemment. Il est évident que Bashô prisait l’expression de l’expérience directe.  »

Le haïku qui pEnse
et
le haïku qui pAnse !

Il y a(urait) donc deux sortes de haïkus :

– les haïkus de tête
(ça peut être aussi des haïkus que l’on fait avec les pieds
(: pointure standard = 5/7/5))

et

– les haïkus de coeur
(d’instinct, d’inspir, de tripes …)

**

(D’après mes lectures de : La Grande Image Est Sans Forme
de F. Jullien
et en transposant au haïku …? :

Le haïku comme art de l’esquisse ? …

_

cf :  » Bashô lui-même disait que les meilleurs haïkaï montrent moins de la moitié de leur sujet.
 »
: Eric Amman, in : Le Poème Sans Mots, Éd. Gammes, 2006, p.8.

**

Débarrasse,
Fais du vide,
Éclaircis le regard

(2/1/06)

**

Petit essai d’onomato-haïku

OU

 » Je vous onomatoplaît-il ? « ,
petite suite ébouriffante et vacharde
(+ une question angoissée).

1)

cri cri cri cri cri
c’est qui ? C’est la souris qui
s’essaie au haïku

2)

cri cri cri cri cri
Qui c’est ? C’est le criquet qui
crie sa poésie

3)

glou glou glou glou glou
Qui c’est ? C’est l’éléphant qui
se lave les dents °

° méfiez-vous des verres
à dents d’éléphants !

4)

Attention, voici
qu’il onomatopète
des mots des modems …

5)

L’onomatopoète

compte sur ses doigts
son nombre de pieds

6)

le jardinier fait pousser
ses tomates – le poète
onomatopète

7)

Prout, Prout, Prout, Prout, Prout,
fait-il, le poètomane ?

8)

Quel temps fait-il ?
Ploc Ploc Ploc Ploc Ploc Ploc Ploc °
: un haïku !

° là, j’ai voulu signifier que le toit pouvait fuir

9)

Plouf Plouf Plouf Plouf Plouf
c’est un haïku qui prend l’eau
Plouf Plouf Plouf Plouf Plouf

10)

rien rien rien rien rien
rien rien rien rien rien rien rien °
rien rien rien rien rien

° c’est toujours ça de rempli !

+ 1)

le haïku va-t-il
devenir une fabrique
d’automatopets ?

12)

Ouverture de la
chasse Pan Pan Pan Pan Pan Pan
Pan Pan Pan haïku

13)

un train teuf teuf teuf
qui s’active teuf teuf teuf teuf
quel beau haïku teuf

(25-27/9/05)

**

le « haïku » °
comme un kôan (?)
proposé au lecteur

*

Au lecteur
de résoudre
le haïku

(3/11/06)

*

Ne dire que ce qui est –
Dépouiller le haïku
de ses pensées …

(28/10/06)

*
raboter, poncer,
lisser, limer, patiner,
luire

(2/11/06)

*

moineau qui se pose
sur le sol du jardin
, haïku

(28/4/007)

**

Laisser / Mettre
le plus d’espace possible

entre les deux propositions
(/ pôles) du haïku

° : afin de créer « la » tension …

*

À tout soigneur tout honneur ! :
Le haïku nous débarrasse
des tiques poétiques

(21/11/06)

*

Effacer
c’est aussi
nous effacer ?

: pas facile !

(21/11/06)

*

L’avaleur de silence(s)
ignore
la valeur du silence

(19/11/06)

*

l’habile haïjin
arrive
à ne point nommer

(19/11/06)

*

le haïku
ce sont des briques
sans ciment

(21/11/06)

le haïku
est un navet qui pointe
dans la direction

(24/11/06)

Montrant le chemin / la voie
Avec un navet-haïku
?

(21/5/007)

*

Écrire un haïku
c’est montrer le décor.
pas le décorateur !

(23/12/07)

**

cric cric cric cric cric
la roue de la fortune
grince — De l’huile !

(24/11/06)

**

un poème fou :

lui
déchirant
la chair

au pèle-
bébé

Betterave

**

Que deviendront ses poèmes ?

. . . . . . Rien

. . . . . . Rien

. . . . . . Rien

bulles à la surface du son

(23/11/06)

*

THÉORIE DU TERRAIN VAGUE 2) :

entre haïku
et tanka
un no man’s land
contemporain :

le ku-tan (/tan-ku)
(ou : haï-ka)

(27/2/007)

*

(Kyôku/ku-sen :)

instants
« à peine saisis »
au vol des mots

feuilles du platane

(3/12/06)

*

(kyôku :)

ils n’ont pas voulu
se vider de mots –
Ils ne veulent que
s’engraisser °

° = la Grande Bouffe du haïku (?)

*

(kyôku :)

Ô haïku,
Délivrez-nous des mots ! °

° : les maux des mots ?

*

Excusez-moi,
je suis (follement) kyôku-p. !

***

S’amenuiser, menuisier !

: Planche à raboter
tes mots !

(29/11/06)

*

(mon) haïku :

aussi
simple que
possible

(my) haiku :

as
simple
as
possible

(10/8/07)

*

1) bis :

Le haïku (/haïkaï) est le son d’une seule main

(4/12/06)

*

l’habile haïjin
arrive
à ne point nommer

(19/11/06)

*

Ce à quoi il faut accorder le plus d’importance dans l’écriture du haïku, c’est le
non-dire,
l’espace,
l’en-creux.

(Non l’encre
mais l’en-creux
de l’encre)

non seulement le noir
mais le blanc
complémentaire,

indissociables.

(4/12/06)

*

à P.P., à Neko, qui ont permis ce kyôku, lors du dîner à l’Indonesia, le 25/11/06 à Paris :

Sonotone :
mot de saison
pour haïku-phènes

**

entre branche et sol
l’envol d’un instant
-haïku

(9/12/06)

*

Havoc Chaos :

Que l’informatique
casse

et notre monde
s’écroule

soleil, piafs, pigeons

(12/12/06)

**

riz riz riz riz riz
riz riz riz riz riz riz riz
riz riz grain à grain

(30/9/07)

*

mettre des mots
partout, sur tout, ah,
la sale maladie !

(2/12/06)

*

Les mots comme des nuages venus
et repartis

(30/11/06)

*

L’habile haïjin
arrive
à moins nommer

**

Point de vue du yojôïste (1ter) :

Le haïku (/ haïkaï) est

– une demi-lune.

– un iceberg de mots.

( une part de mots
9 parts de silence ?) …

(4/12/06)

*

Point de vue du yojôïste (4 bis) :

1°)
Ouvrir le poème

2°)
– L’évider, (l’éviscérer ?)
– En le vidant, faisant y passer de l’air, du vide, du creux
d’un pôle à l’autre (« yojô »), (y faire la part) du silence,
le plus de silence possible °
(= paradoxe)

– Le condenser, concentrer, centrer :
lui donner compacité, force …

**

le silence,
ça vous dit ?

(2/12/06)

*

Le point de vue du yojôïste (4) :

Nettoyer le « haïtruc » de tout ce qui l’encombre,
( ex : mots (répétitifs)…
adjectifs, verbes, adverbes )
, le bouche, le ferme, le complète (l’achève),
( ex : mots-chevilles, coordinations, conjonctions, mots inertes (mots morts ?) )
, le remplit… le satisfait …

(2/12/06)

*

Point de vue du « yojôïste » :

le haïku (/haïkaï) est un réducteur
de mots

(4/12/06)

*

Rubrique : Le point de vue du « yojôïste » – starting December 4th, 2006 :

Il y en a pour qui, dirait-on, le haïku est un jeu poétique de remplissage (, un légo de mots). Ceux-là ont tout faux :
Le haïku est une demi-poire.

°°°

« Aimez-vous Brâme ? »
: Françoise STAG°ant

(12/3/007)

° angl. « stag » = cerf.

**

Senryûs =
travers d’hommes
– travers de porcs ?

(13/8/07)

*

plein les bouches
des Barthes, Bonnefoy, …
: où sont leurs haïkus ?

(17/2/007)

*

après le sudoku
dernier jeu à la mode :
le haïku ?

(18/2/007)

*

cailloux, choux, haïkoux
– il me manque sept syllabes –
kaï-kaï – ouille ! ouille ! ouille !

(3/1/007)

*

certains emplissent
leur haïku – mais oublient
de le vider

(1/1/007)

*

deux mouvements nécessaires
à l’écriture du haïku :

1) des mots

2) des dé-mots

*

(r)emplir
le haïku
(le) vider

*

équilibrer le haïku
entre plein
et vide

*

inspirer – expirer
tel doit
le haïku

*

un haïku rempli est bouché

*

de l’importance
du lâcher de mots
en haïku

*

lui permettre de respirer

(1/1/007)

*

1°) « mon » kyôku est un poème fou (= son étymologie « kyô », je suppose !) équivalent d’un haïku ou d’un senryû (: plutôt, pour ma part !) mais qui traite de l’écriture du haïku (de ses techniques, philosophies, enfin tout ce qui touche à son écriture). Il peut être « sérieux », mais je le fais volontiers, personnellement : sarcastique, critique, …(donc, plus « senryû ») . Il peut être incorporé à une pièce plus vaste en prose « folle » le « kyôbun », équivalent du « haibun » bien connu, qui, généralement a trait au même sujet : l’écriture du haïku (sa critique, etc.) Est-ce plus clair ?

rencontrés sur Internet
ils prénomment leur enfant
Yahoo

(Youppie !)

*

(10/9/07)

le haïku
ne tourne pas autour du pot,

il tend le pot.

(23/12/06)

*

inincontinent
la dérive du haïku
international

(30/1/007)

*

me moquant de ceux qui
à tout prix
veulent cinq-sept-cinquer

*

un kyôku (en 5-7-libre) :

une seule gou
tte de haïku : poison vio
lent

*

voir,
faire voir :

ni plus
ni moins

(18/1/007)

*

rien rien rien rien rien
rien rien rien rien rien rien rien
rien rien rien rien rien

*

ils rient
d’un rien
d’un grain de riz …

(30/9/07)

**

Kyôbun (pour Meriem) :

Simplicité,
brièveté,
réalité,

: voilà trois qualités de base du haïkaï (/ haïku)
et du
haïkiste …

: voilà pourquoi le haïku est plus qu’une forme de poésie, qu’une esthétique;
il est aussi un art de « vivre » °°, une éthique.

°° / de (se) réaliser.

**

tout travail est, idéalement, travail sur soi …

*

Haïku, Haïjin,
sois:
simple
bref
vrai

*

Kyôka :

Ils tiquent à l’éthique
l’étiquetant
étique

et pourtant,
et pourtant ! …

(23/2/007)

*

Pour le libraire,
Le moineau à une patte (d’Hosaï)
devient :

Le moine à une patte

(Librairie de Paris, 20/2/2007)

*

court
au long
cours

bref,
la brévitude !

(23/2/007)

*

kyôku – sur le thème des odeurs (à propos de l’AFH ?) :

ça sent mauvais le(s)
premier(s) rat(s) quitte(nt) le na
vire

(20/2/007)

*

Le voleur de Ryôkan
n’a pas pu
décrocher la lune

(2/3/007)

*

rient rient rient rient rient
rient rient rient rient rient rient rient
rient rient rient d’un rien

(30/9/07)

*

kyôka (allitératif) :

Refus
Réitéré de
Rubriques pour la
Revue °

: démission.

(11/3/007)

° : Gong

**

Kyôbun :

En lisant La faim du tigre de R. Barjavel, hier :
 » un mythe vidé et conservé par des artifices est comme un corps vidé de son sang et conservé par des aromates : une momie desséchée, caricature de l’organisme vivant qu’elle fut autrefois.  » (: p191/192, Folio, n° 847)
, m’est venu ce kyôku :

Le haïku d’aujourd’hui
est-il une caricature
du haïku d’autrefois ?

(16/11/06)

**

Le dit de la gomme :

Ma tâche :
Effacer
les taches !

(26/2/007)

*

Le haïkou de gong
s’éloigne
– repos

(11/3/007)

*

riz riz riz riz riz
riz riz riz riz riz riz riz
riz riz grain à grain

(30/9/07)

souris

*

Sur  » L’île de la Tentation  » °
je ne vois que des canons –
État de siège

(23/8/07)

° = série télévisée française endémollesque°° (ou autre endémollusque ?)

Endémol : maison de production de cette série et de bien d’autres…

*

 » Spécial Pâques
Joignez  » deux petits oeufs
 » à votre bouquet  »

(2/4/007)

*

le 5/5/7
un haïkou
tordu
?

5/5/7
a warped
haiku
?

*

elle lit un livre
son corsage est échancré
… rondeur des mots

(Ligne 2, 7/5/007)

*

 » Je à volonté  » (kyôka pour Francis T.):

je je je je je
je je je je je je je
je je je je je

(5/12/07)

*

2 kyôkus, 1 kyôka – Théories -ku
1) :

Le haïku
c’est l’art d’inachever
le haïku

au chevet
du haïku
achevé !

Allez, cherche, lecteur,

cherche la fin
du poème

– s’il en a une !

(12/4/007)

*

2 expressions kyôka-sses :

Ressusciter d’entre les mores

Onji soit qui mal y pense

(20/4/007)

**

 » Le groupe haïku-fr n’est pas correct  »
ce soir :
Yahoo déconne

(17/12/07)

*

corneilles crieuses
l’heure du kukaï

(31/3/007)

*

le haïku tend vers le silence (du sens)

Dire par petites touches

Sur les bulles
saute la casserole

(1/4/007)

*

je lis, en première page
 » la campagne se durcit « .
– La ville mollirait-elle ?

(5?/4/007)

*

kyôku ? :

pétales en légère neige
tout autour

ainsi du haïku ?

(20/4/007)

*

Des Ici et des Maintenant,
il y en a tout le temps
– besoin de quoi d’autre ?

(23/12/07)

*

Équilibrer le haïku (2) – « Kyôku » :

Élaguer –
Dénuder :
À l’os , À l’os !

(11/12/07)

*

Kyôkuà la Moritake :

dernier octobre
les ailes des pigeons
remontent aux arbres

(31/10/07)

*

Kyôkuà la Carpe Diem : « Jours d’hiver »

tel l’instant-haïku,
le film-renku
avant qu’il ne disparaisse

(31/10/07)

*

sur sa fesse
comptant les pieds
de mon haïku

(22/12/07)

*

Trouver
dans l' »extrême modernité » en haïku
un palliatif
au manque d’inspiration ?

(20/11/07)

*

Gong II,
une revue
qui exalte le cul-
te du petit soi ?

(17/1/08)

*

En lisant la revue Gong (AFH II), Kyôbun :

Le haïku, ce n’est pas :
À la recherche du nombril perdu.

Un haïku, c’est
orienter le miroir
– de soi vers le monde
– du personnel vers l’universel
– de la nature humaine vers La Nature.

Dans la boîte haïklous
maints haïklous
sont tordus

(= Haïkloun à la Hôsai).

(13-14/1/08)

**

Kyôbun : Un compte-rendu de l’AG de l’AFH :

dossier de chaise –
un moineau brièvement
assiste à l’A.G.

Georges se lève pour ouvrir
la baie
l’oiseau l’ignore

le soleil entre
par les vitres
l’oiseau ne sort pas

signé : l’âgé de l’AFH

**

kyôku est un terme japonais ancien, qui signifie « poème fou « . C’est ici une réflexion
critique, voire satirique, façon senryû, sur l' »art poétique » du haïku.
Exemples :

couchant leurs rêves
sur le divan du papier
: psychanalaïku

autre :

« orientalisme
occidentalisé » ° :
ce haïku « moderne » ?

° expression de Philippe Delerm, dans : « La sieste assassinée« , Gallimard, 2001

*

le kyôku (comme le senryû – ou même encore plus fou que le senryû ?) est un poème « fou », « guedin », etc.
et qu’il n’y a donc pas qu’un thème  » fou fou fou ! » alors… ça reste à « inventer », à développer, ce concept ((car le Kyôka, son grand frère = 5 lignes, contre 3 au kyôku, normalement ! = peut désigner les deux : un tanka sur l’écriture du tanka, et un tanka pas sérieux du tout…))
Alors, les deux directions sont permises – mais c’est vrai qu’un kyôku juste fou, peut coller (plus directement) au senryû, alors ! …et que la barrière est bien floue ! …

*

Un kyôbun (= haïbun sur le haïku) :

ÉQUILIBRE :

Aère ton haïku
Fais-y des fenêtres
creuse
. . . . . ses trous ,
respire !

entre plein
et vide
le haïku

(4/1/08)

*

kyôkus :

a)

mon voeu le plus cher :
que l’Esprit originel
du haïkaï perdure

b)

sans cesse remonter
aux sources pour goûter l’eau
de la montagne-haïku

(2006)

*


POUIL
LER !

(25/2/08)

*

Plouf !
Dans l’étang
un lingot dort

(26/1/08), = un bashôtage/kyôku !

*

Tôkyôku ! ( = un Tô-kyôbun !) :

50 000 recueils
au musée du haïku de Tôkyô °

– et moi et moi et moi ?

: Voir les paroles de la chanson de Jacques Dutronc :
 » 700 millions de petits Chinois
et moi et moi et moi …  »

° nous apprend Janick Belleau dans son haïbun  » Tôkyô féminin et Nature
page 35 de Gong 18.

(22/1/08)

°°°

d.

Publicités

Étiquettes : , ,

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :