waka de Saigyô – haïkaï de Bashô

°

marchant sur un chemin
où il n’y a personne
tandis que le soir tombe
pour m’accompagner
les sauterelles élèvent la voix

Saigyô (1188-1190),
in poèmes de ma hutte de montagne Ed. Moudarren, 1992.

sur ce chemin
ne va personne –
crépuscule d’automne

Bashô (1644-1694)

°

Étiquettes : ,

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :