Poèmes de mort japonais – M – éd. Tuttle

°
(p. 239) de MABUTSU
mort le 15 du 8° mois de 1874, à 79 ans,
qui n’hésite pas à paraphraser un des kôans Zen les plus célèbres :

Itsu nukeru / soko tomo shirazu / oke no tsuki

La lune dans une barrique :
vous ne savez simplement pas quand
le fond va céder

Commentaire de Yoël Hoffmann : Mabutsu mourut le jour de la pleine lune d’automne.

°
(p. 240) de MASAHIDE
élève de Bashô, mort à 67 ans, le 3 du 8° mois de 1723 :

Yuku toki wa / tsuki ni narabite / mizu no tomo

Marchant
la lune à mon côté,
amie aquatique.

Le haïkaï suivant de Masahide fut apprécié par Bashô :

Kura yakete / sawaru mono naki / tsukimi kana

Maintenant que mon hangar
a brûlé, rien
ne cache la lune

(: vers 1688)

°
p. 243 :

de MICHIKAZE (mort le 4° jour du 4° mois de 1709, à 69 ans) :

Kyô zo haya / minu yo no tabi e / koromogae

Aujourd’hui, je mets
mes habits d’été et m’en vais
vers un monde encore inconnu

°

p.244, de MINTEISENGAN
(mort le 5°jour du 4° mois de 1844, à 67 ans) :

Ka no aru o / omoide ni shite / koboreume

Tombez, pétales du prunier,
tombez ! – et laisser derrière vous la mémoire
du parfum.

°

(p.247) de MORITAKE
(prêtre shintoïste), mort le 8° jour du 8° mois de 1549, à 77 ans :

Asagao ni / kyô wa miyuran / wagayo kana

Aujourd’hui
ma vie se reflète dans
une belle-de-jour

°

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :