Le J. des L. (18) Shenhui / P.Carré

 » Il n’y a rien à cultiver mystiquement pour reconnaître et vivre la pureté primordiale de notre coeur véritable. » Shenhui (héritier spirituel de Hui-neng, 6° Patriarche) =  » Il y a chez moi égalité entre recueillement (samâdhi) et sagesse (prajnâ)… sans quitter la quiétude s’accomplissent toutes les activités.  » Shenhui.

(…)

Porté par une seule et même sagesse primordiale, le bodhisattva poète ne fait plus la différence entre méditation et post-méditation, entre extase de l’art et extase de ce qui n’est pas art. Son jardin contenant tout et la leçon de tout, s’y retirer l’esprit clair, ce n’est plus forcément fuir le monde ni « allumer sa lampe sous le boisseau » mais, dans l’acte incommensurable d’accéder au réel, aller au-devant de chacun pour l’aider à être libre.

 

(P.C.)

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :