Fl. Hu-Sterk, op. cit.

, p.6 :

 » La calligraphie ( ) est l’art de la ligne pure.  »

 » Tracer des caractères vivants deviendra l’idéal de la calligraphie chinoise. »

p.11 :

 » Pendant de longs siècles, la règle d’or pour la composition chinoise reste  » un mot de plus ne vaut pas un mot de moins « . Aujourd’hui encore, on enseigne aux élèves du secondaire à éviter d’écrire des phrases telles que :  » Il n’y a plus de dents dans la bouche « , puisque les dents se trouvent nécessairement dans cette dernière. »

p.24 :

 » en Chine, l’esthétique est une éthique  »

 » Le beau perd tout son sens s’il ne s’accompagne pas de valeurs morales. »

p.25 :

 » la poésie peut exercer une influence bénéfique sur les hommes  »

p.30 :

 » à coeur droit, pinceau droit  »

: Liu Gongquian (776-865)

 » Si la peinture de paysage ne revêt pas directement un caractère éthique et moral précis, elle contribue néanmoins à établir un état de sérénité et d’harmonie. »

p.41 : La nature comme maître

« Il ne s’agit pas en effet de conquérir la nature, de la remodeler, mais de s’identifier à elle dans ses métamorphoses infinies »

p.42 :

 » Dans la vision taoïste de l’univers, le Dao imprègne toute chose jusqu’au purin. L’homme fait partie intégrante de l’univers. A partir de la dynastie des Song, lorsque les personnages apparaissent dans un paysage, ils semblent bien souvent minuscules dans une nature grandiose. »

p.43 :

 » Généralement, les activités humaines représentées dans les peintures de paysage n’expriment pas une tentative de dompter la nature.

(…) L’image du pêcheur, omniprésente dans la peinture paysagiste, symbolise une vie simple et retirée. (…) Sur le modèle du pêcheur se greffe celui du bateau (…) où il est fait allusion à une barque sans attache. Comme elle, l’homme doit se laisser porter au gré des flots, par les aléas de la vie et le changement des saisons. Bateau esseulé et bateau vide constituent des images conventionnelles pour indiquer le « moi ».

p.43 Shitao :

 » je deviens l’homme dans le tableau, avec à la main une canne à pêche, au milieu d’eau et de roseaux, là où, sans limites, ciel et terre ne font plus qu’un. « 

Publicités

5 Réponses to “Fl. Hu-Sterk, op. cit.”

  1. anna58 Says:

    une cingle plongeur
    pour le voir
    je suis devenue rocher

    voilà ce que je retrouve dans les écrits Fl. Hu-Sterk… et cette vision des choses est présente , dans chacun de nous, si nous nous laissons quelques peu le loisir de lui donner de la place … C’est à ce moment là seulement que nous commençons à voir …

    un tour au Petit Palais, pour voir l’exposition ZEN … et on finit quasiment en larmes … va la voir si tu peux ..

    anna

  2. nicolemeignen Says:

    Magnifique expo en effet et je ne regrette pas d’avoir fait l’effort financier d’acheter le catalogue ,il contient des calligraphies et portraits saisissants jamais vus avant .
    nicole

  3. anna58 Says:

    j’étais fauchée … pas pu acheter … le catalogue… mais tout ce que j’ai vu m’a tellement impressionnée, que je ne sais plus, ni prendre ma plume, ni mes pinceaux depuis …
    ça me fait plaisir … de voir que tu aies apprécié cette expo Nicole

    je rentre ce soir
    encore plus ignorante
    que hier

    anna

  4. danielpy Says:

    à mon tour d’y aller prochainement !
    merci de vos apports !
    Daniel

  5. nicolemeignen Says:

    à Anna c’est très bon signe, tu connais l’histoire du bol trop rempli et qui déborde… c’est en vidant qu’on apprend !

    le je devient
    barque frêle
    dans la brume

    nicole

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :